Temps de lecture : < 1 minute
()

Cette ancienne habitation sucrière de la fin du XVIIIe siècle a connu trois sources d’énergie pour la production du sucre au cours des différentes périodes de l’histoire de l’île de Marie-Galante, l’énergie animale, énergie éolienne et énergie thermique.

La sucrerie proprement dite contenait 2 équipages de 9 chaudières en tout ce qui démontre l’importance de l’habitation, puisque le nombre de chaudières sur d’autres sucreries se situait généralement entre 4 et 6.

Marie-Galante - Château Murat, ancienne habitation sucrière à Grand Bourg

L’architecture du moulin est une véritable réussite qui permet de déduire qu’il s’agit de l’œuvre d’un architecte au service d’une famille fortunée. La qualité architectonique dans le dessin est indiscutable. La tour a été exécutée en pierres taillées soigneusement jointoyées. Le couronnement est ouvragé de tores de pierre. L’ensemble des trois portes est orné de corniches dont, l’entrée principale a sa clé de voûte surmontée d’un cartouche dans lequel on lit gravé dans la pierre, la date de construction et les initiales des propriétaires : « DE Murat : Fécit 1814 ».

Le moulin à bêtes de l’habitation Murat date du XVIIIe siècle. Il ne reste que l’imposante plateforme circulaire en pierre calcaire et moellons. Il permettait d’augmenter les capacités d’extraction du jus de canne (vesou) et de production de sucre de l’habitation face à la concurrence internationale (Iles Anglaises) avec l’occupation anglaise de l’île (1805-1815) en faisant fonctionner en même temps le moulin à vent plus moderne.

 

Vous avez trouvé ceci intéressant ?

Cliquez sur une étoile pour noter ceci!

Note moyenne / 5. Décompte des voix:

Pas de votes jusqu'à présent! Soyez le premier à évaluer ce post.

Comme vous avez trouvé ce post utile...

Suivez-nous sur les médias sociaux!

Nous sommes désolés que ce post n'a pas été utile pour vous!

Laissez-nous améliorer ce post!

Dites-nous comment nous pouvons améliorer ce post?